Vous saurez (presque) tout.

by Armagilus on 8 septembre 2009

logo-sacristains-long-200

Depuis quelques jours nous faisions un teasing discret sur Facebook. Quelque chose va sortir, c’est bientôt là, ça va être énorme, ça sonne les cloches… A force de poster, nous arrivions presque à faire disparaître ces maudits tests et quiz des pages de Facebook. Vous savez, ces choses qui permettent à ceux qui n’ont rien à dire de faire du bruit quand même, le PowerPoint du réseau social. Et voilà que ce matin La Croix évente l’affaire : le site sacristains.fr ouvre ses portes lundi prochain, 14 septembre, jour de la fête de la Croix glorieuse. Il vous reste donc cinq jours et dix-neuf heures pour écouter sonner les cloches, bon courage.

De quoi s’agit-il ? Au printemps dernier, au cours de la tempête médiatique contre le Pape, des blogueurs catholiques se sont découverts unis et alliés, parfois sans même se connaître physiquement. L’idée est alors venue à Koz, à Edmond et au Chafouin de nous regrouper pour mieux faire entendre nos voix dans l’immensité numérique. Ils ont proposé à quelques-uns de les rejoindre, dont votre serviteur, le lilliputien de la blogosphère. Les sacristains, puisqu’il faut les appeler ainsi, signent une charte qui dit surtout qu’ils s’attachent à être des catholiques, fidèles à tout l’enseignement de l’Eglise. Ensuite, grâce à Dieu, chacun a son tempérament, ses préoccupations et sa manière d’écrire. C’est tout l’intérêt de l’affaire.

Pour SainteOdileJeunes.net tout cela ne va pas changer grand-chose. Je vais continuer à écrire des billets surtout pour les jeunes de la Paroisse et si cela peut en intéresser d’autres, et même des « vieux », soyons fous, ce sera parfait. Je leur souhaite bienvenue et sollicite leur indulgence. Il y aura probablement des aménagements pour ne pas imposer au monde entier des informations d’intérêt local, je vous tiendrai au courant.

Pour finir, il y a une petite chose qui m’a chiffonné dans le papier de La Croix. Je n’ai rien contre la journaliste que je ne connais pas, peut-être qu’on lui a dit cela, on fait ce qu’on peut et on tâtonne. Ou peut-être qu’elle venait de rédiger un article sur la vie interne du Parti Socialiste ou le congrès de refondation des Radicaux Valoisiens et qu’elle a oublié de réinitialiser son système de pensée avant de passer à un sujet un peu différent. Toujours est-il qu’on s’y fait qualifier de catholiques modérés, de représentant du mainstream, le grand courant central de l’Eglise, allergique à toute forme d’excès. Bon, si c’est pour dire qu’on n’est tenté ni par le schisme ni par l’apostasie silencieuse, c’est très bien. Mais ceux qui me connaissent vont un peu s’amuser, je n’aime pas tant que cela la modération. Surtout, je suis prêtre et je ne me demande pas si mes paroissiens sont mainstream avant de m’en occuper. Et je connais des saints qui ne le sont pas. C’est un peu une manie française de vouloir mettre les catholiques dans des boîtes. Alors bon, je me réjouis beaucoup de la diversité dans l’Eglise, elle contribue à sa richesse et à sa vitalité. Chacun est bien libre d’avoir sa personnalité, son histoire, ses préférences. On peut parfaitement être plutôt « tradi », complètement « chacha » ou décidément « mainstream », dans l’ordre que vous voudrez. Ce n’est pas sans importance, mais mon Dieu que c’est secondaire… C’est une tâche assez rude de donner sa vie et de devenir un saint, essayons de ne pas trop la compliquer. Etre catholique c’est être uni charnellement au Christ par deux mille ans de succession apostolique, par le don de l’Esprit Saint et la Sainte Tradition. C’est être frère de tous les saints. C’est appartenir au Christ et aller vers le Père. C’est être universel et devenir libre des attaches partielles. Alors, je n’éprouve pas le besoin d’être autre chose qu’un prêtre catholique, tout simplement, en communion réelle avec mon évêque et notre Pape. Je demande à Dieu la grâce d’en être digne. Je crois qu’il n’y a rien de meilleur, de plus grand et de plus exigeant que d’être catholique, tout simplement.

Partager sur:
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • email
  • Print

Autres articles :

  1. SainteOdileJeunes.net vous suit même pendant le week-end… Si vous allez sur sainteodilejeunes.net avec un téléphone mobile, IPhone,...
  2. Vous avez des questions sur Anges et démons ? Vous avez lu le Anges et démons ou bien vous...
  3. Quelques informations Le site Sacristains.fr va ouvrir dans moins de dix-neuf heures....
  4. Parce que vous le valez bien Faut-il être fou pour choisir d’être prêtre aujourd’hui ? Qu’est-ce...
  5. pope2you.net : le Pape 2.0 Notre Pape arrive en force sur Facebook, Youtube et iPhone...

{ 2 comments… read them below or add one }

koz septembre 8, 2009 à 16 h 15 min

Bon, je me dois de plaider coupable car je ne laisserai l’opprobre s’abattre sur la douce Céline Hoyeau. « Modéré » et « mainstream » sont bel et bien des mots que j’ai employés, sans imaginer qu’ils soient de nature à susciter quelque bourrasque que ce soit.

Je ne trouve pas très « fair » de la part de certains de feindre de croire que nous serions modérés dans notre foi. Il me semble déjà que, par hypothèse, nous n’aurions pas créé « sacristains » si notre foi nous incitait à la modération.

La modération dans l’expression, en revanche, je ne la renierais pas.

L’évocation du « mainstream » avait surtout pour vocation de souligner qu’il serait assez plaisant que, lorsque l’on (non-croyants, croyants et/ou journalistes) cherche des infos sur certains sujets éventuellement catholiques, on trouve plus facilement une expression… modérée (ouille), plutôt que passer de La Porte Latine à Golias. Au passage, si l’on peut faire une halte au milieu, ça ne me semble pas tout couillon.

Et, tout de même, il me semble que les sacristains recrutent suffisamment large pour souligner que le courant du mainstream (hé hé) est ouvert.

Armagilus septembre 8, 2009 à 17 h 37 min

Ah oui, la modération dans l’expression, essayer de de dire les choses avec justesse et de respecter les personnes, je suis pour sans réserve et je sais que c’est difficile.

Sur le mainstream, je vois bien l’idée mais j’ai besoin d’y réfléchir un peu. Ca me paraît assez compliqué d’appliquer ce genre de concept à l’Eglise. En tout cas, il faut au moins rester conscient que ce sont des instruments purement descriptifs et très inadéquats.

Le point sur lequel je suis obligé de rester vigilant, c’est que je ne peux pas me contenter de me dire que dans l’Eglise il y a quatre-vingt pour cents de gens normaux au milieu et dix pour cent de déraisonnables à droite et à gauche. Ne serai-ce que parce qu’à force d’être schématique cela deviendrait faux. Il ne faudrait pas que ce soit un filtre mental qu’on applique à l’Eglise.

Peut-être un concept plus théologique comme celui d’une communion paisible ou cordiale serait-il moins dangereux à manier.

Voilà, ce sont des questions auxquelles je suis sans cesse confronté. Le problème de fond, c’est qu’il restera toujours impossible de donner une description juste de l’Eglise et on n’en a donc pas terminé avec les soucis de communication.

Bon voilà au moins un début de réponse sur un sujet auquel je suis loin d’avoir fini de réfléchir :-)

Leave a Comment

Previous post:

Next post: